Bollywood- premier aperçu

Le bollywood est certainement l’un des premiers mots qui vous viendrait à l’esprit en pensant à l’Inde sans pour autant savoir ce qui se cache véritablement derrière. Flanqué d’une bonne dose de clichés, Retour des Indesvient à votre secours pour essayer de vous sortir de cette impasse culturelle! Voici en quelques lignes pourquoi le cinéma bollywood est essentiel pour les Indiens, et pourquoi je pense qu’habiter en Inde sans aller voir un film bollywood au cinéma est similaire à manger un rôti de bœuf accompagné d’un sirop de grenadine : vous en perdez toute la saveur! (la notion de sacrilège est volontaire!)

Cette page n’a pas l’intention de vous expliquer en détail l’historique et les différentes scènes du cinéma indien mais de vous donner envie d’aller faire le premier pas vers une salle noire! Après avoir défini ce qu’il y a réellement derrière le mot « bollywood », je vais essayer de vous présenter les particularités de cette scène cinématographique, les thèmes récurrents et les grands acteurs qui font son histoire. En bas de page, vous trouverez une liste de films dont ceux présents dans la catégorie « coups de cœur » sont parfaits pour débuter. Attention, commencer avec un mauvais premier film pourrait vous dégouter pour toujours!

Avec plus de 3 milliards de tickets vendus et plus de 1000 sorties par an (1132 films produits en 2007, Hollywood en 2008 en a sortis 520), l’Inde est le premier marché en volume du cinéma au monde, loin devant les États-Unis. Produits majoritairement à Bombay, le terme bollywood (mélange de Bombay et d’Hollywood) est l’adjectif souvent utilisé pour nommer le cinéma indien mais il s’agit là d’un excès de langage bien réducteur. Bien que Bombay soit de loin la ville du cinéma par excellence en Inde, le cinéma indien ne se résume pas à ces films produits en hindi. Le cinéma a été dès le début du XXème siècle viscéralement intégré par les Indiens : presque chaque idiome à sa propre industrie (et il y a 23 langues officielles en Inde!). Le cinéma en tamul est appelé Kollywood (le K provenant du quartier de Chennai Kodambakkam où tous les films sont produits). Les films en bengali, produits dans le quartier de Calcutta Tollygunge, étaient à leur grande époque qualifiés de Tollywood (ce terme désigne désormais les films en Telugu d’Andhra Pradesh), le Kérala a son cinéma en malayalam, le Maharashtra ses films en marathi, le Penjab en penjabi etc. Imaginez donc le marché énorme que représente l’industrie du cinéma en Inde (comparable d’ailleurs aux marchés de la télévision et de la radio).

Habitant à New Delhi – qui n’a pas d’industrie cinématographique propre à elle, nous ne connaissons malheureusement que les films de la scène bollywood, la plus commerciale et qui bénéficie de budgets très importants (loin toutefois des budgets américains). Dès que nous en saurons plus sur les autres scènes du cinéma indien, nous essayerons d’en parler davantage et d’inclure leurs meilleurs films dans notre liste. C’est l’occasion de noter que mis à part les films produits à Bombay, les scènes régionales sont très peu distribuées en dehors de leurs zones géographiques. A l’opposé, les films bollywood se distribuent dans toute l’Inde mais aussi en Asie et dans les pays dont la population est majoritairement musulmane (Moyen-orient, Maghreb…) grâce à la censure leur imposant une certaine pudeur.

Vintage Bollywood PosterRingard, trop long, mal joué etc. Les critiques occidentales envers le cinéma indien sont sévères. A vrai dire, cela n’est pas surprenant puisque les films bollywood reflètent en tous points la culture indienne: regarder un film bollywood pour un français est, tel un voyage en Inde, un réel choc culturel que seuls les plus ouverts d’esprit peuvent comprendre. Contrairement aux films occidentaux, les films bollywood ne recherchent pas la réalité mais l’idéal, ils ne recherchent pas la morale mais le rêve. Les acteurs sont beaux – généralement de peau claire, signe de richesse, les actrices furent Miss Monde ou Miss Univers dans leur jeunesse (Aishwarya Rai en 1994 mais aussi Priyanka Chopra et Lara Dutta en 2000), les costumes sont de mille couleurs et les sentiments souvent exagérés. Bien que le thème récurrent soit l’amour impossible entre deux jeunes de religions ou de castes différentes (cela est de moins en moins le cas), aucune scène érotique ne parsème le scénario (le censeur veille). Enfin, ces films sont longs: aux alentours de 2h30, parfois plus. A première vue, il est vrai que l’effort semble insurmontable pour le non-initié!

Nous pensons chez Retour des Indes qu’aller voir un film indien est une nouvelle occasion de constater que les différences culturelles ne résident pas uniquement dans l’environnement matériel ou géographique (bien que la plupart des films soient tournés en extérieur) mais aussi dans une multitude de comportements: une société patriarcale avec une omniprésence du père, la relation avec le religieux (les grandes épopées de la mythologie hindou sont encore aujourd’hui des thèmes récurrents), le système de castes, les relations hommes-femmes… Voila pourquoi nous pensons qu’il est particulièrement intéressant pour un expatrié en Inde d’aller voir des films indiens. C’est une très bonne manière de comprendre les règles qui régissent la vie quotidienne de nos voisins et collègues et d’en savoir plus sur ce pays. Sachez aussi que vous pourriez être très apprécié en apprenant à vos collègues que vous êtes allé voir un film indien au cinéma: les Indiens adorent que nous fassions des efforts pour comprendre leur culture.

Gun gun guna - AgneepathVous allez me répondre que les films indiens ne représentent pas la réalité: tout est beau, tout est « paillettes », tout est propre, tout devient possible. Le film bollywood serait presque un « lobby gouvernemental » pour que les indiens aiment leur pays et leurs conditions de vie. Il est vrai que les indiens sont très patriotes et qu’ils adorent leur pays, quelles que soient leurs difficultés. Mais dans la dureté de la vie, le cinéma est pour eux une réelle possibilité de sortir de leur quotidien, de rêver et d’imaginer la chance qu’ils n’ont pas eu. Comme la jalousie et la convoitise sont des sentiments peu répandus en Inde – pour des raisons religieuses puisque leur prochaine réincarnation leur permettra de grimper dans l’échelle sociale s’ils sont bons – le cinéma a tendance à les faire s’évader en regardant leurs acteurs préférés plutôt que de les laisser repartir frustrés. Pour nous autres occidentaux, regarder un film joyeux n’est franchement pas désagréable et aurait plutôt tendance à mettre de bonne humeur! D’autant plus que les films depuis les 5 dernières années sont de moins en moins pudiques, que les salles de cinéma – en métropoles – sont très confortables (bien plus qu’en France) et que les acteurs/actrices sont franchement agréables à regarder!

La grande particularité des films bollywood est qu’ils sont entrecoupés à plusieurs reprises de danses où les acteurs deviennent chanteurs et les figurants deviennent danseurs. A l’époque, les musiques étaient traditionnelles et les danses très pudiques (voir kitch pour les moins habitués): c’est l’image clichée que nous avons des films bollywood. Aujourd’hui, les films diffusent désormais des musiques et des danses aux sonorités très modernes: pop, rock, parfois électroniques voir hip hop. Accompagnés et imités par de très nombreux figurants, les acteurs ont généralement une chorégraphie particulière pour chaque film que les indiens adorent apprendre pour les danser à leur tour en discothèque ou lors de mariages. C’est aussi lors de ces danses que, dans les cinémas populaires, les spectateurs se lèvent pour aller danser devant l’écran !

La musique Sheela ki jawani fut l'énorme succès du film Tees maar khanCes intermèdes musicaux deviennent alors les clips annonçant l’arrivée d’un nouveau film. Véritables armes commerciales du distributeur, la musique et les clips du film sont diffusés parfois 4 mois avant la sortie de celui-ci sur internet et sur des chaînes de télévision musicale (MTV…). Un film dont une des musiques deviendrait un « tube » est assuré d’être un succès en salle. Le chiffre d’affaires du film est parfois même assuré par la seule bande originale (en CD, MP3 mais aussi en sonnerie de téléphone mobile, très à la mode), c’était le cas en 2011 du film Tees maar khan, où le bouche à oreille n’a pas réussi à en faire un grand succès en salle mais dont la principale musique fut un énorme succès.

Inconnus en France, sachez que les acteurs indiens sont parmi les personnages les plus célèbres au monde! Amitabh Bachchan, Sharukh Khan, Aamir Khan sont de vrais dieux en Inde! Aishwarya Rai, Katrina Kaif, Anushka Sharma, Priyanka Chopra, Kajol, Deepika Padukone… Toutes ces actrices sont littéralement adorées par plus d’un milliard d’habitants! Les marques se les arrachent pour devenir leur ambassadeur et un film dont l’un des acteurs serait une célébrité est assuré là encore d’être un succès. Au risque de vous décevoir, sachez que les acteurs ne s’improvisent pas chanteurs puisque toutes les musiques bollywood sont interprétées en playback. Les interprètes originaux sont rarement célèbres.

Pour conclure, n’oubliez jamais: il y a 3 religions en Inde: Dieu, le cricket et le bollywood! C’était mon dernier argument pour vous pousser à aller voir un film!

Les films de la catégorie « coup de cœur » que vous trouverez ci-dessous sont ceux que nous vous conseillons de regarder en premier si vous n’en avez jamais vu. Certes, les esthètes du cinéma indien préfèreront les grands classiques aux derniers films qui viennent de sortir, mais il est je pense trop difficile pour un non-initié de commencer avec des films de plus de 10 ans, leur style étant particulièrement kitch! A vous maintenant de nous donner vos films préférés pour compléter cette liste!

 

http://www.retourdesindes.com/decouvrir/le-cinema-et-la-musique-bollywood/

Comments are closed.

PAIEMENT SÉCURISÉ

PAIEMENT SÉCURISÉ

S'abonner à la newsletter