Choc culturel

Je suis ici depuis maintenant presque 2 mois, et je suis toujours aussi surpris de ma capacité à absorber des différences assez grandes vis à vis de ma mére patrie, La France (petite musique) :

 

- Je vis avec Athénaïs, qui sans vouloir la vexer, posséde un prénom peu commun (c’est ce qui en fait en partie sa beauté). Ainsi expliquer, reexpliquer des dizaines de fois que son prenom se prononce A-té-na-i-se en considérant le fait que personne ne pourra réussir à le prononcer, même dans six mois peut paraitre parfois éreintant. J’ai tenté une explication avec l’aide de la déesse Athéna (bizarrement assez connue ici, peut être un rapport avec la marque de sous vétements masuclins?) mais ça n’avance pas le schmilblik. Bref, je remercie tous les jours mes parents de m’avoir appelé Benjamin qui apparemment est un prénom qui a plus de succés ici même si Ben me convient bien mieux que Bendjamine (Benjamin en anglais)…

 

3447469251_e5258b0153.jpg

      Athéna, une aide inestimable…

 

-On retrouve ici les clichés sur les pays en voie de développement notamment au niveau de la corruption. Je me souviens du jour où mon collégue conduisait un peu vite (40 Km/h lol) et a grillé un feu rouge sous les yeux d’un policier. S’en est suivi une confrontation verbale mythique en hindi non sous-titré, où j’ai pu comprendre qu’ils avaient une notion du feu rouge bien différente l’un de l’autre. Finalement, mon collégue a sorti un billet de 50 rs et la gentillement glissé dans la poche de chemise du policier qui n’avait pas l’air choqué pour un sous (50 dans ce cas présent). Dix secondes plus tard, nous étions repartis… Et c’est comme ça partout, dés qu’il est question de rapport avec les autorités, comme on dit aux USA, “money talks” (l’argent parle). Un autre cas flagrant: Enregistrement de mon contrat de location, j’attends depuis 4h pour avoir un malheureux tampon sur mon contrat de location, mon brooker arrive et la procédure se finit en 10 minutes.. La puissance de l’argent dans toute sa “splendeur”…

 

3588291027_cc65c6a2df.jpg

Gandhi, ou comment détourner un symbole..

 

- Je redécouvre la logique à l’indienne. Dans notre appartement, un tableau éléctrique posséde en moyenne une dizaine de prises/interrupteurs, qui parfois ne correspondent à rien, ou alors souvent ne correspondent pas du tout à ce que vous vous attendez. Pourquoi l’interrupteur de ma salle de bain se trouve dans ma chambre et vice versa restera sans doute un mystére pour de nombreux mois… De plus, nous avons toute sorte de lumiéres, des néons, des leds, etc. Tout cela sans utilité particuliére car les néons sont réputés pour fusiller les yeux et la tête en envoyant une lumiére d’hopital… La notion de sécurité est à la tête du client, tous mes amis indiens sont trés paniqués à l’idée que je puisse prendre le train local (je fais une tête de plus que tout le monde, et mes pantalons pourraient leur convenir deux fois, je ne vois pas ce que je risque…) ou encore que je puisse imaginer prendre un rickshaw, cependant le fait qu’une famille de 4 personnes soit sur une moto ou encore que les trains n’aient pas de porte n’en choque pas un seul. On ne voit que ce que l’on veut voir…

 

3361109170_14ab91f74f.jpg

Quand on parle de sécurité éléctrique…

 

- La mousson, particularité de cette partie de l’Asie, vous fait comprendre qu’il est toujours préférable de commander que d’aller au restaurant (la douche n’est pas inclue dans le prix TTC). En effet, il est préférable de laisser le livreur venir en bateau/rickshaw/canoë (rayer la mention inutile) que de devoir se battre avec les taxis qui tentent de vous faire payer un prix parisien dés la mousson venue. Les retardssont nombreux pendant la mousson, donnant toujours l’impression que ce phénoméne annuel (comme la neige pour l’eurotunnel soit dit en passant) est une grande nouveauté chaque année. En effet, les vendeurs de parapluie font fortune et la vente de Kway représente assurément 30% du PIB pendant cette saison… Les rues deviennent des fleuves et Bombay devient Venise, les bateliers et la place San Marco en moins! Encore aujourd’hui, il a plu comme vache (sacrée) qui pisse et les rickshaws commencaient à paniquer à l’idée de devoir vider l’eau de leurs véhicules, devenus des piscines à roulettes.

 

246243202_bc79579a27.jpg

Scéne de film d’horreur? Non, juste la mousson!

 

- L’efficacité à l’indienne : Dimanche matin, envie soudaine de shopping, je n’ai aucune compétence en médecine (mes connaissances sont simples: efferalgan = mal de tête et spasfon = mal de bide, ce qui ne me sera pas trés utile face au paludisme et à la polio…) mais ce genre de symptomes n’ont qu’un reméde : shoppping! Direction donc Bandra, le quartier des “expats” comme ces derniers aiment l’appeler, pour acheter quelques chemises. Entrée dans le magasin, 5 vendeurs pour 2 clients… Si j’ai le malheur de regarder une chemise de trop prés, un vendeur viendra me “conseiller” notamment en matiére de chemises à fleurs, à diamants, à paillettes, à frou frou et tout ce qui pourrait m’aller pour une soirée rétro années 80. Les indiens adorent le kitsch, ce n’est pas une légende… Un autre exemple, le McDonald’s. Le temple de la malbouffe selon José Bové, un bonheur pour les petits enfants ici. Je suis pas un grand fan du McDonald’s en France mais en Inde, ça deviendrait presque un restaurant exotique! C’est aussi la premiére fois que je vois 45 personnes dans une cuisine de 25 m² d’un McDonald’s pour préparer 10 burgers : efficacité maximale! On offre ici un Coca Cola pour toute commande ayant pris plus d’une minute à être préparée, autant dire un bon 70% des commandes!

 

3259334610_a4f1cd27da.jpg

Un livreur McDonald’s, amateur de McSpicy…

 

- Le réseau de distribution : La France, temple et Mecque de la Grande Distribution, est envahie de supermarchés et de ses cousins, les hypermarchés. Ici, dans un pays où il faut trouver de l’emploi pour des millions de personnes, le gouvernement a mis en place une réglementation qui protége le petit commerce (Poujadisme quand tu nous tiens!) et freine énormement l’expansion des groupes tel Reliance ou Big Bazaar (Traduisez Carrefour ou Auchan). On trouve ici quelques supermarchés mais leur nombre est dérisoire en comparaison de la taille de la ville. Celà donne des scénes caucasses comme le soir où Athénaïs a eu la visite d’un monsieur qui parlait un peu fort (c’est fou comme l’hindi peut être une langue charmante quand elle est criée) en disant “Melk, Melk, Melk!!!”. Il proposait gentillement à Athé d’acheter du lait, proposant des litres de lait avec la classe d’un dealer de drogue… Et c’est comme cela pour toutes sortes de denrées ou de produits: gaz, eau, balai, oeufs… Le réseau de distribution est particuliérement éclaté et il est trés rare de trouver un magasin non spécialisé, en effet ici, quand on vend un produit, on ne vend que ça. Et cette logique pourrait s’etendre à la notion de landmark ou de quartier. Nous avons donc un quartier de plombiers, un quartier de vendeur de meubles, un quartier de serrurier. Qui bien sur sont tous éloignés les uns des autres… Sinon l’Inde n’aurait aucun charme…

 

2334853138_029377f43e.jpg

Ceci n’est pas un supermarché, c’est la représentation d’un supermarché…

 

- Les transports à l’indienne : Ici, on ne parle pas d’horaires de bus mais juste de numéro de ligne et de fréquences. Vous pouvez esperer un bus toutes les 20 25 minutes et ce sera la seule information au niveau du temps que vous aurez. Et bien sur, les bouchons permanents et la mousson rendent tout ça un peu inutile car les retards seront nombreux, peu importe donc d’avoir une “time table” ou pas. Les taxis sont vieux et d’une sécurité optimale (pneux usés, pas de ceinture ni de freins) ce qui donne un charme certain à la ville… mais pas à l’arrêt d’urgence! Les trains n’ont pas de porte, et les journaux sont remplis de faits divers relatant la perte d’un oeil d’un voyageur suite à un jet de cailloux (sport national), ce qui il faut l’avouer pimente un peu le voyage. Les bus locaux me rappellent avec un pincement au coeur les bus des années 50 que l’on voit au début du film Forrest Gump, c’est pour dire leur age et leur état…

1050341219_0ea2813485.jpg

THE bus indien dans toute sa splendeur!

 

J’aurais surement l’occasion de revenir sur ces chocs culturels par la suite. Ici la mousson vient de commencer, et je sens que l’on va bien s’amuser…

Comments are closed.

PAIEMENT SÉCURISÉ

PAIEMENT SÉCURISÉ

S'abonner à la newsletter